Les IPA, des bières spéciales imprégnées d’Histoire !

news-20140711-1Elles brillent par leur caractère ensuite, puisqu’elles bénéficient d’un processus de fabrication spécifique à partir d’un malt pale (d’où le nom Pale Ale) et surtout d’un nouvel ajout de houblon tout en fin de fermentation, ce qui renforce leur arôme, et leur donnait la réputation d’être plus forte en alcool.

Il y a aussi une raison objective et historique à cet ajout des fleurs de houblon : le long transport de la bière par bateau vers le pays des Maharajas. Le houblon permettait en effet une meilleure conservation du précieux breuvage, et le temps de la traversée, la richesse de ses arômes arrivait à maturité… ce qui en a fait la bière favorite des colons et officiers anglais, mais aussi des Indiens, avant que ce goût si particulier ne soit également réclamé par les amateurs sur le sol britannique.

Il y a un peu de mythe dans cette bière qui a retrouvé ses couleurs et sa notoriété dans notre pays avec la Martin’s IPA, fleuron des Finest Beers de John Martin et brassée en Belgique selon la méthode du « dryhopping », au point qu’on l’associe aujourd’hui non seulement à une dégustation « de connaisseurs », mais aussi à la gastronomie, avec une présence sur les tables de nos meilleurs chefs.

Mais si l’IPA est unique par son aura, il en existe différents styles, de l’anglaise (honneur à ses créateurs déjà maîtres des Pale Ale depuis le 17è siècle) à l’américaine, la canadienne, en passant par la Belge, bien sûr. Tout se joue sur l’amertume, sur les arômes plus ou moins prononcés, la couleur qui peut aller du blond à l’ambré, et sur le goût qui touche aussi bien les rives du caramel que des fruits. Ces caractéristiques donnent à l’IPA la réputation d’être forte en alcool, mais en fait elle est plutôt légère et très agréable pour accompagner vos plats, ou en dégustation.