Au pays de la bière, la modernité est une tradition!

news-20130103En 2011, la Belgique recensait sur son territoire 123 brasseries actives. Une « paille », puisque, en 1900, on en dénombrait pas moins de 3.223 ! De disparitions en fusions, d’absorptions en (re)naissances, le paysage brassicole belge a donc fortement changé, en un peu plus d’un siècle. Mais il produit toujours plus !

Rien qu’en 2011, la production de bière, en hausse de 2,5%, a ainsi atteint, dans notre petit pays, 18.570.828 hectolitres. Soit 19,3% de mieux que dix ans plus tôt et 21,3% de plus qu’en 1900 ! Et ce chiffre représente aussi 1% de la production mondiale, pour un pays qui ne représente que 0,17% de la population planétaire…

Les exportations, en hausse constante ces dernières années, représentent désormais 59,7% de cette production, et restimulent la consommation interne, qui connaît enfin un sursaut prometteur, après un déclin pendant vingt ans.

Quelques chiffres permettront encore de mieux apprécier le « poids » du secteur brassicole en Belgique: en 2011, il employait 5.047 personnes dans les brasseries, à quoi s’ajoutent 62.000 emplois indirects. Son chiffre d’affaires a atteint 1,985 milliards d’euros (soit 5,1% du chiffre d’affaires global de l’industrie alimentaire) et ses investissements se sont chiffrés à 144,6 millions d’euros (soit 13,3% des investissements de l’industrie alimentaire). Et, rien qu’en accises, le secteur a généré cette année-là 183,8 millions d’euros de rentrées pour l’Etat, sur une fiscalité globale estimée à 326 millions d’euros.

C’est dire le chemin parcouru depuis l’apparition des premières guildes de brasseurs, au 14e siècle, à Bruges d’abord, puis à Liège et Bruxelles! Mais si, en ce début de 21è siècle, le secteur a, lui aussi, connu la mondialisation (et, rappelons que Inbev issu de Stella Artois est aujourd’hui n° 1 mondial !) la tradition n’a heureusement rien perdu dans l’aventure. La brasserie Timmermans, par exemple, qui a rejoint depuis vingt ans le groupe belge Anthony Martin et sa « Finest Beer Selection », perpétue un savoir-faire qui remonte à sa fondation en… 1702, à Itterbeek, ce qui en fait la plus veille brasserie de lambic au monde encore en activité. Dans ce Pajottenland qui vit naître Timmermans, elle marie au mieux la tradition au travers sa gamme authentique de Oude Gueuze et Oude Kriek, véritables trésors transmis par nos ancêtres, et innovation pour correspondre au mieux aux nouveaux besoins et aux nouveaux marchés. Ainsi la Strawberry dont les arômes de fraise ravissent avec un grand succès les palais de nos voisins d’Outre-Manche ou la Pumpkin Lambicus, lancée lors de la fête d’Halloween cette année, et dont les saveurs de potiron sont avidement demandées aux Etats-Unis.

La « Bourgogne des Flandres », perle brugeoise dont l’histoire remonte à 1765, est un autre exemple de ce respect de la tradition. Authentique fruit du terroir brassicole belge cette bière brune a été produite pour le plaisir des ducs de Bourgogne dans trois brasseries familiales. Elle doit sa qualité particulière à une fermentation mixte avec coupage de lambic, le tout en fûts de chêne. Un jury de sommeliers, membres de l'iTQi (International Taste & Quality Institute), lui a décerné la plus haute cotation, soit trois étoiles. Brune de haute tradition, la « Bourgogne des Flandres » est un joyau du « pays de la bière ». Preuve que ce trésor qui a fait notre réputation dans le monde entier ne se brade pas sur l’autel du profit à tout crin…