Waterloo Gin

Le processus, qui reprend celui des fermiers du Moyen Âge, est 100% artisanal. En effet, pour distiller quoi que ce soit, il faut une base alcoolisée. Car quand on distille, on ne crée pas d’alcool mais on le concentre.

Tout commence par la fabrication d’une bière Waterloo sans houblon. Les propriétés de ce dernier n’apportant aucune saveur dans les alcools. Auparavant, cette bière était soit voulue, soit recyclée car trop âgée. Elle est aujourd’hui, comme auparavant, constituée de céréales venant des champs de nos régions. Avec un empattage plus long et une ébullition et fermentation plus courtes que la Waterloo Récolte, elle sera ensuite transférée 3 mètres plus loin, dans la distillerie. À noter que le Whisky, à l’inverse du Gin, se fera à base de bière 100% de malt.

La bière devient matière première du distillat et est alors appelée moût. Il sera porté à ébullition et c’est à 78,3°C que l’alcool s’évapore. S’ensuit tout un processus de contrôle des températures par le distillateur. Bien que les vapeurs alcooliques passent à travers un panier de plantes et épices finement sélectionnés, certains arômes, en fonction de la température, s’évaporeront avec les alcools.

Comme pour toute distillation, l’alcool obtenu à la fin est transparent, coupé avec de l’eau déminéralisée et, pour le Gin, prêt à l’embouteillage.