La Bourgogne des Flandres sous le beffroi de Bruges

news-20140711-6Sa fabrication s’y est perpétuée jusqu’en 1957, grâce à une recette familiale, celle des Van Houtryve qui depuis 1765 ont possédé les plus belles brasseries de la ville : de Sterre (créée au 14è siècle), Den Os, Le Boeuf (juste derrière la précédente) et La Marine.

Ce patrimoine brassicole qui a duré sur sept générations, fut reprit à Itterbeek après la fermeture des brasseries familiales par une autre brasserie de haute tradition, Timmermans, toujours sous la supervision d’un Van Houtryve.

La Bourgogne des Flandres est, par ce biais, entrée naturellement dans le portefeuille de John Martin, grâce à son authenticité historique, sa qualité intrinsèque (douceur, fermeté et raffinement), et à la volonté de préserver une valeur familiale et artisanale unique, tout en lui permettant de grandes perspectives d’avenir.

De la naissance à la reconnaissance

Authenticité disions-nous ?

Depuis 1985, la Bourgogne des Flandres est brassée chez Timmermans, grand spécialiste lui aussi des Lambics. Mais si la recette ne s’est jamais altérée avec le temps, Anthony Martin gardait le souhait de renouer physiquement avec les racines brugeoises de cette bière d’exception. Et pour ses 250 ans, la Bourgogne des Flandres revient au cœur de sa ville natale, non loin du beffroi auquel elle est intimement liée. Elle y sera produite dans une authentique brasserie réhabilitée et à son nom, qui sera également un centre dédié à l’histoire et à l’art des brasseurs, ainsi qu’un centre de formation gustative pour les amateurs de belles bières.

A partir de Bruges et de ses attraits touristiques réputés dans le monde entier, la Bourgogne des Flandres entend bien partir à la conquête de nouveaux territoires et des nouvelles générations d’amateurs de bières précieuses et nobles.

Quelques principes et ingrédients de la Bourgogne des Flandres

Le brasseur Van Houtryve voulait un breuvage qui crée une réelle sensation de bien-être, en alternant des tons sucrés et amers mais secs.

Sa création était un défi, et sa réussite devait asseoir sa réputation d’artisan : il développa donc un procédé de brassage unique qu’on appellera plus tard "infusion de Lambic", en mélangeant une sélection des meilleurs Lambics à une bière brune de haute fermentation. Après des mois de maturation dans des fûts de chêne, il obtint une bière brune savoureuse garnie d'une mousse onctueuse, qu’il baptisa « Bourgogne des Flandres ». Son succès ne s’est jamais démenti au cours des siècles, et elle a même obtenu en 2009 la plus haute cotation (trois étoiles !) du prestigieux jury des sommeliers de l'iTQi (International Taste & Quality Institute).