Waterloo N’est Pas Une Morne Biere !

news-20140711-7La brasserie Waterloo est certes beaucoup plus ancienne que le nom du fait historique auquel on l’associe. C’est au Moyen-Age, en 1456 exactement, qu’elle a vu le jour sous le nom de brasserie du Marché à Braine L’Alleud. Pas moins de deux cents brasseries (souvent à la production très locale, voire familiale) produisaient sur le territoire, développant une sévère concurrence.

Riche de sa double fermentation et réputée pour son eau pure, la qualité de son malt et la douceur de son houblon, la bière brune de Waterloo était reconnue comme un remède revigorant, redonnant du tonus aux malades convalescents, ainsi que de la bravoure aux soldats.

On ne s’étonnera donc pas que le Duc de Wellington, la veille de la fameuse bataille, établisse ses quartiers tout près de la brasserie et permette à ses hommes de puiser dans cette Brune double, force et courage pour le rude lendemain qui les attendait. Avec la Victoire en ce 18 juin 1815, la légende de la Waterloo était née.

Fait anecdotique, dans beaucoup d’esprits comme dans celui du brasseur du Marché, Waterloo restait fortement attaché à l’image de Napoléon qui, par la bataille, n’a pas gagné la victoire mais un mythe. C’est ainsi qu’en 1965 pour le 150ème anniversaire de la bataille, il produisit une bière dénommée « Napoléon » en non pas « Wellington ».

Si la brasserie historique ferma ses portes en 1971, elle fut reprise au début du 21ème siècle par des investisseurs passionnés qui rééditèrent les anciennes recettes des bières du Marché : la Waterloo brune bien sûr, mais aussi la Waterloo blonde. La Waterloo a rejoint depuis peu la prestigieuse sélection des Finest Beers en entrant dans le groupe John Martin, qui entend préserver ainsi le fleuron brassicole qui fait la réputation du Brabant, et valoriser tout l’art des microbrasseries régionales. C’est pour elle une reconnaissance de son originalité et de ses qualités artisanales, mais surtout une garantie de sa pérennité et de sa notoriété croissante auprès des amateurs de bières fines et exclusives.


Une bataille décisive

La bataille de Waterloo est entrée dans l’Histoire comme la bataille la plus terrible et surtout décisive pour mettre fin à l’épopée napoléonienne.

L’an prochain, la date du 18 juin 1815 reviendra dans toutes les mémoires à l’occasion du bicentenaire de cet affrontement aussi symbolique que sanglant qui fit quelques 38.000 morts dans les vastes plaines aux alentours du village de Waterloo.

En réalité, l’action s’est déployée sur un territoire beaucoup plus vaste que la commune autour du Mont-Saint Jean, puisqu’il couvrait aussi bien les abords de Wavre, de Genappe, que Braine l’Alleud sur l’axe entre Bruxelles et Charleroi. Plus de 130.000 soldats se sont affrontés pendant presque trois jours sur les vastes (et boueuses) plaines du Brabant. Mais aujourd’hui c’est surtout la ville de Waterloo qui bénéficie de l’aura de cet épisode historique, grâce à la fameuse butte du Lion, qui rappelle la Victoire des Anglais (pourtant bien aidés par les Allemands, les Hollandais, les Espagnols, …) sur le « Petit Caporal » qui avait fait trembler l’Europe. Cet événement bouleversa durablement la carte du continent, et singulièrement notre petit pays qui passa, lors du Congrès de Vienne, sous gouvernement hollandais, jusqu’à une certaine révolution de 1830. La bière « Belge » allait s’épanouir dans la foulée de l’indépendance du pays.


La Gamme Waterloo, la victoire du goût

La microbrasserie est réputée pour son savoir-faire et sa gamme de produits qui reste volontairement de dimension artisanale dans sa production.

La Waterloo Triple 7 Blonde, à triple fermentation : Son goût étonne par son amertume légère et sa douceur en bouche, malgré ses 7,5 degrés d’alcool. Cette bière cache sa robustesse et son caractère vif sous une saveur légèrement fruitée, une belle mousse fine et une rondeur de goût. Elle se déguste également en accompagnement de plats, par exemple, de viandes rouges.

La Waterloo Double 8 Dark, à double fermentation : Plus corsée que sa sœur blonde, elle offre des arômes riches et épicés et un goût puissant légèrement caramélisé, grâce à ses malts torréfiés. D’une belle robe sombre et d’une mousse dense, onctueuse, c’est une bière au caractère trempé, idéale pour les moments de victoire. Elle se marie évidemment très bien avec les fromages (préférence pour les pâtes molles), mais aussi les sushis.