La bière en 9 questions

news-20130208Ces questions fondamentales qui vous taraudent et que vous n’avez jamais osé poser… Nous y répondons !

Pourquoi la Guinness est-elle noire?

En fait, elle ne l’est pas. Elle est plutôt d’un rouge rubis foncé en raison des ingrédients dont on se sert dans sa préparation, mais aussi en raison de la manière dont l’orge est rôtie. D’une manière générale, la différence de couleur entre les bières blondes et brunes résulte du fait que ces dernières sont élaborées à partir de céréales davantage grillées au moment du maltage.

Pourquoi la bière donne-t-elle envie d’uriner?

La bière est un diurétique. Les résines du houblon et les composés phénoliques stimulent le fonctionnement des reins, ce qui provoque l’élimination de l’excédent d’eau et des toxines dans le corps. Hippocrate lui-même le recommandait comme un remède stimulant l’élimination urinaire.

Comment produit-on la bière sans alcool?

Les bières dites « sans alcool » en contiennent en réalité une très petite quantité (cela peut aller jusqu’à 1,2%). Ce taux d’alcool est limité par le fait que la température de fermentation diffère: à 0 ° environ, afin que la transformation en alcool ne se produise pas. Elles sont quand même déconseillées aux personnes qui ne peuvent pas boire d’alcool pour des raisons médicales ou par conviction religieuse. Les femmes qui allaitent peuvent cependant en boire, vu l’effet lactogène de la bière.

La bière fait-elle grossir?

Non… si on la consomme de manière modérée. Selon certaines études récentes, les consommateurs modérés seraient souvent plus minces que les gros consommateurs ou même ceux qui n’en boivent jamais. Pourquoi? L’énergie apportée par la bière est « brûlée » en partie par le corps. La bière aurait aussi un effet « coupe-faim » qui limiterait le grignotage en dehors des repas. Le paradoxe étant que certaines bières sont parfois accompagnées de morceaux de fromage ou de charcuterie dans l’horeca.

La bière est-elle bonne pour la santé?

Consommée en quantité limitée, oui. Selon certaines études, l’action de l’humulone, (issu du houblon), s’oppose à la diminution de la densité osseuse (ostéoporose). Par ailleurs, l’éthanol contenu dans la bière contribue à augmenter le taux de cholestérol HDL (bon cholestérol) et favorise la fluidité sanguine. La bière contient aussi des polyphénols aux propriétés antioxydantes, reconnus pour leurs effets bénéfiques sur le système cardio-vasculaire. La bière contient en outre des vitamines B. Enfin, la levure de bière aide à reconstituer la flore intestinale.

Peut-on boire de la bière à tout âge?

Question délicate… Tout dépend de la teneur en alcool et des traditions. La bière familiale, que toute le monde peut boire autour d’un bon repas, est appelée bière de table. Les aînés se souviennent de la Piedboeuf (blonde, foncée ou triple). Très faiblement alcoolisée (entre 1 et 2° max), mais très sucrée, elle peut aussi servir à la réalisation de plats comme les carbonnades flamandes. On retrouvait jusque dans les années 70 ce genre de bières dans les réfectoires des écoles. Mais elles ont depuis été remplacées par les sodas. Pour le mieux?

La bière peut-elle accompagner tous les plats ?

De plus en plus de gastronomes et chefs étoilés répondent par l’affirmative. Si l’on accommode des plats à la bière, lapin à la Gueuze ou la Kriek Timmermans, carbonades, moules et soles, et même gibiers, on peut également en consommer à toutes les étapes du repas, de l’entrée au dessert. Il est toutefois préférable de goûter des bières spéciales dont les arômes et l’amertume se marient judicieusement avec les plats. Le brasseur John Martin associé à la maison Corné-Port Royal a même édité un coffret de pralines aux bières spéciales, telles la Bourgogne de Flandre, la Kriek et la Blanche Lambicus Timmermans ou la Martin’s Pale Ale… Et « kriek sur le gâteau », la note d’un dîner à la bière, vous paraîtra moins salée qu’avec du vin !

Où consomme-t-on le plus de bière?

Non, ce n’est pas en Belgique. Il ne faut pas confondre production de qualité, dont nous sommes les champions, variété et consommation. Le Belge est même plutôt raisonnable par rapport à certains pays. Il boit entre 90 et 100 litres de bières par an en moyenne, et plutôt des bières spéciales, de la Gordon Finest Gold ou Diabolici, en passant par la Guinness Special Export, ou les fruitées de tradition comme la Kriek et la Oude Gueuze, ou des originales comme Pumpkin Lambicus ou la Strawberry Timmermans, . Les champions sont les Tchèques (plus de 150l/an/habitant). Ils devancent l’Irlande, l’Allemagne, l’Australie, l’Autriche, la Grande Bretagne, la Slovénie et enfin la Belgique.

Les concours, les labels, les récompenses, c’est important?

Oui, mais essentiellement pour les exportations. Un prix peu aider au lancement ou à l’expansion des ventes d’une bière sur certains marchés étrangers. C’est un label de qualité qui peut renforcer l’effet de curiosité. La Martin’s IPA s’est ainsi vue attribuer un « coup de cœur » du jury des Sparflex Awards en 2012, la Dominus Double, un Superior Taste Award trois étoiles au Superior Taste & Quality Institute, en 2008. Mais, globalement, le consommateur belge n’accorde pas beaucoup d’intérêt à ces labels et récompenses.